Diversifier son épargne est souvent nécessaire. Ce qui suppose d’une part de connaitre ses besoins actuels et futurs, et d’autre part son appétence aux risques encourus. Cette diversification doit reposer sur plusieurs niveaux : la nature des produits, les moments de vie ou l'horizon de temps et sur la confiance accordée aux différents établissements financiers.


Pourquoi diversifier son épargne ?

Les travaux de Harry Markovitz, un économiste de l’Université de Californie à qui on a décerné le Nobel d’économie en 1990, ont mené à une découverte majeure : un investisseur peut obtenir un meilleur rendement pour le même niveau de risque s’il détient un portefeuille bien diversifié, soit des titres présentant différents niveaux de risque.

La principale stratégie de portefeuille qu’un investisseur puisse appliquer est certes la diversification du portefeuille. En plus de correspondre à l’adage qui nous invite à ne pas mettre tous nos œufs dans le même panier pour réduire le risque de tous les briser, cette approche offre la possibilité, à risque égal, d’augmenter le rendement à moyen et à long terme du portefeuille.

Aujourd'hui pour construire, amplifier et conserver votre épargne, nous pouvons recourir à une multitude de produits ainsi que leurs sous-jacents : Assurance-vie, Plan Epargne Action, Immobilier physique ou papier SCPI, Investissements dans des PME, matière première et crypto-actifs ... Une seule vérité subsiste le meilleur produit est celui qui correspond à vos besoins. Mais vos besoins sont multiples. Il n’y a donc pas de réponse unique.

Le panachage de plusieurs produits sera d’autant plus nécessaire qu’il convient de diversifier les risques pris, dans la mesure où les produits financiers ne réagissent pas de la même manière aux aléas économiques. Le panachage des produits est en outre évolutif dans le temps en effet des actifs peuvent avoir pris de la valeur et ainsi avoir pris une proportion plus importante qui déséquilibre votre patrimoine. Il est donc essentiel de faire périodiquement un point afin d’optimiser le couple produits / besoins.

Diversifier son épargne suppose une répartition de ses avoirs existants et à venir en fonction de multiples paramètres. Le plus important d’entre eux consiste à se connaître psychologiquement. Il serait illusoire de rechercher une valorisation trop importante de son épargne si l’on ne veut prendre aucun risque. Votre aversion au risque sera d’autant plus forte que vos connaissances et votre expérience financière sont faibles.

Diversifier les degrés de risques entre les placements

En matière de placement, il y a une vérité qu'il vaut mieux ne pas oublier : il n'existe pas de rendement élevé garanti. Autrement dit, une possibilité de rendement élevé s'accompagne toujours d'un risque élevé. Le rendement d’un placement est toujours proportionnel à la prise de risque.

Vous aurez schématiquement le choix, en allant du placement le moins risqué au plus risqué, entre : l’épargne réglementée qui aujourd’hui ne rapporte presque plus rien (livret A, LDDS, CEL, PEL, livrets bancaires, comptes à terme), les produits de taux (obligations, OPC obligataires, produits d’assurance-vie en fonds euros), les produits actions (actions en direct, OPC actions, produits d’assurance-vie en unités de compte, PEA). A côté de ces placements, l’immobilier peut être à moyen/long terme moins risqué que les produits actions mais sa liquidité peut s’avérer moindre en certaines circonstances. Au sein de chacune de ces grandes classes d’actifs, il conviendra aussi de répartir les risques. Ainsi, pour les actions on peut distinguer : la zone géographique d’activité d’une société, son secteur d’activité….

Diversifier en ayant recours à des placements qui réagissent différemment aux aléas économiques Tous les placements n’évoluent pas de la même façon en fonction de la situation économique et financière :

  • Les produits réglementés sont pilotés par le gouvernement notamment en fonction des taux d’intérêt à court terme et de l’inflation observée ;
  • Les produits de taux moyen/long terme dépendent de l’inflation et de la croissance anticipées par les opérateurs financiers ;
  • Les produits actions dépendent des produits de taux (une baisse des taux les rendra plus attractifs) et des bénéfices que les sociétés sont en mesure de distribuer (dividendes) ou capitaliser notamment pour réaliser à terme des autofinancements ;
  • L’immobilier dépendra entre autres de la capacité des ménages à investir ou à financer des loyers.

Diversifier son épargne selon ses moments de vie

Adopter une stratégie par moments de vie va permettre de concilier l'horizon de placement de votre épargne et de vos projets de vie. Il convient d’abord de constituer une épargne de précaution pour faire face aux problèmes pouvant survenir. Pour déterminer le montant de l'épargne de précaution, il peut être est judicieux de mettre de côté dans une épargne sans risque le montant de 6 mois des dépenses incompressible du foyer c'est à dire l'argent dont on a réellement besoin en cas de coup dur. Afin d'éviter que cette épargne ne soit grignoter par l'inflation, nous pouvons l'allouer à des placements garantie tels que les livrets fiscalisés (Livret A, LEP, Livret développement durable, PEL) ou encore l'assurance vie uniquement en fond euros) en effet la liquidité des contrats d'assurance vie permet de racheter une partie de son contrat tout en conservant son historique fiscale

Lire aussi : Tout savoirs sur l'assurance vie

Progressivement, il conviendra de valoriser son patrimoine de manière significative au moyen de produits plus risqués. A ce stade, les produits de taux (dette d'Etat, entreprises ...) ou encore des actions détenues en direct ou au sein d’une enveloppe fiscale (PEA, contrat d’assurance-vie, par exemple) sont tout à fait recommandés. Il conviendra d'ajuster son patrimoine à ses projets de vie. Prenons l'exemple des épargnants qui chercheront à acquérir leur habitation principale à moyen-terme pour bénéficier d’un toit notamment à la retraite où leurs revenus diminueront de manière significative. Ces derniers devront désensibiliser une partie de leurs actifs les plus volatils pour préparer cet investissement mais cela peut concerner tous les projets de loisirs voyage ou nouvelle voiture mais également préparer sa retraite.

Aujourd'hui, plus de 80% de l'épargne des Français est investi sur des actifs liquide avec de faible rendement voir négatif en intégrant l'inflation. Pour éviter de voir son épargne grignoter par l'inflation, il faut pouvoir se projeter sereinement en diversifiant judicieusement son patrimoine à ses moments de vie et ainsi éviter deux écueils :

  • Soit avoir une épargne trop liquide et donc sans rendement pour financer ses projets futurs
  • Ou alors avoir une épargne trop risquée et un horizon long terme alors que vous souhaitez financer des projets de vie dans le court-terme

En conclusion, il n'y a pas de solution clé en main. Il faut avant tout la construire pour que soit adapter à vos objectifs de vie. C'est ainsi que combinaison ou le panachage des produits d'épargne que vous pourrez tirer pleinement avantages de leurs atouts au profit de vos projets.

Diversifier ses risques selon l’organisme gestionnaire

En cas de faillite d'une banque, chaque compte bancaire est garanti à hauteur d'un montant maximum de 100 000 euros par épargnant y compris au sein d’un même foyer fiscal. Tout comme les comptes bancaires, les contrats d'assurance-vie font également l'objet d'une garantie des dépôts. Le montant maximal de cette garantie est fixé à 70 000 euros. Comme dans d’autres domaines, il est donc recommandé de ne pas placer tous ses avoirs dans la même institution financière pour bénéficier d’un maximum de garanties.

En systhèse, Les 3 atouts  de la diversification

  • Gérer son risque : ne pas perdre de l’argent est la priorité aux yeux des investisseurs. L’investisseur qui diversifie ses placements court moins de risques de subir des pertes que celui qui mise tout sur une seule catégorie d’actifs.
  • Gérer sa liquidité : la complexité des modalités d’entrée et de sortie d’un placement peut faire toute la différence. L’investisseur qui détient en portefeuille des actifs présentant des différences en termes de liquidité et d'horizon de placement a toujours accès à son argent en cas de besoin.
  • Lisser les pics et les baisses : la fréquence et l’ampleur des hausses et des baisses des placements déterminent la volatilité du portefeuille. La diversification permet de lisser les résultats.
Vous êtes bien connexté Moments de vie
Bienvenue! Vous êtes connecté.
Super! Vous êtes inscrit.
Votre lien a expiré
Accéder à vos emails pour vous connecter grâce au lien envoyé